L’immobilier en France, un marché de rentabilité et de concurrence

 

L’immobilier certes, comme tout secteur commercial connait des cycles de hausse et de baisse et évolue au fil du temps. Néanmoins, il reste l’un des investissements favorables des français, une attestation confirmée par le Crédit Foncier qui déclarait selon une étude effectuée, que l’immobilier est la solution privilégiée par 70% des français par rapport à l’assurance de vie (15%) et l’épargne réglementée (8%).
En 2017, les multiples actualités immobilières qui apportent des chiffres sur ce marché confirment toutes la bonne santé de ce dernier. En fait, il y a eu 921 000 ventes de logements anciens entre juillet 2016 et juin 2017. En revanche, et d’après l’indice Notaires-INSEE, les prix de l’immobilier sont évolués pendant le 2ème trimestre 2017. Une augmentation qui se varie selon les types de biens ainsi que les secteurs géographiques. Autrement, il y a une différence entre le neuf et l’ancien, dans le premier les investisseurs achètent à 56 % alors que dans l’autre, ils dépassent les 65 % pour des biens immobiliers à proximité de leur domicile.
D’autre part, les Notaires de France déclaraient qu’après une période de lente érosion depuis 2016, les prix de ce secteur s’augmentent en moyenne de 1,4% à citer d’exemple +4,1% dans les villes de Bordeaux et +2,6 % dans les villes de Lyon. Aussi, Thierry Delesalle, notaire à Paris et coprésident de l’Institut notarial de droit immobilier provoque que “ce phénomène devrait continuer en 2017”.
Quant à la vente d’immobilier, il existe deux modes de l’effectuer, une entre particulier et l’autre entre professionnels.
Les sites web ont la partie de lion dans la promotion des offres de vente ou d’achat tout en offrant des espaces visibles et gratuits souvent pour les internautes afin de poser leur annonces, en conséquence, le marché des annonces imprimées fut décliné.
Ce succès des annonces en ligne est prouvé par le fait que les sites web spécialisés dans l’immobilier deviennent les plus consultés en France. Des sites web référençant des milliers d’annonces immobilières de particuliers sur tout le territoire. En revanche, la majorité de ces sites web proposent des formules à une dizaine d’euros pour faire remonter plus efficacement l’annonce sur le site durant un mois ou plus.
Par ailleurs, de nombreux sont-ils les gens qui recourent vers les agences immobilières pour un achat ou une vente. Et puis ce que la loi n’encadre pas un montant de leur commission, ces agences oscillent généralement entre 4 et 10 % du prix de vente de chaque bien. C’est un marché de concurrence par excellence. Ainsi, plus le prix du bien mis en vente est élevé plus la somme de la commission de l’agence sera dégressive.
Le recours vers un notaire est une autre option sollicitée par les vendeurs professionnels, car leurs tarifs restent moins chers par rapport aux agences, néanmoins, il est préférable de se renseigner directement auprès des offices pour connaître les prix pratiqués.
En somme, l’immobilier devint un marché rentable pour ces deux dernières années, de ce fait, il apparaît un terrain de concurrence non seulement réelle mais aussi dans le monde virtuel géré par ordinateur.

Related posts